dimanche 22 février 2015

Metro Expo - Metro Expo 1

Metro Expo - Metro Expo 1 (02/2015)
Derrière le projet Metro Expo se cache le multi-instrumentiste belge (basé à Liège) Fred Marcoty. Après avoir pas mal roulé sa bosse musicale depuis plus de 20 ans, il se lance aujourd'hui dans l'aventure en mode solitaire: il a entièrement réalisé ce concept-album tout seul, ou presque. 
Hein, pardon ?...
Ah oui, j'ai dit un gros mot: concept-album. Bon, mais c'est pas une raison pour partir en courant, non plus. Parce que non, "concept-album" n'est pas synonyme de lourdeur, prétention, pavé indigeste, mégalomanie, et j'en passe... un concept-album est un album où tous les morceaux sont liés par un (ou plusieurs) thème(s) commun(s), qui raconte une histoire. Point.
Dans le cas présent, Metro Expo 1 est l'histoire d'un adolescent qui pense être malade, dérangé, mais qui est simplement en train de devenir adulte. Les 10 titres de l'album sont autant de dialogues "internes" entre le jeune homme et son esprit (sa "maladie"). On y retrouve les thèmes de la solitude, de la timidité, du rejet de la réalité, pour atteindre au final l'acceptation du passage à l'âge adulte.
Voilà pour le contexte.
Au niveau de l'homme, Fred est un discret, qui ne se livre qu'au travers d'interviews qu'il faut dénicher sur la toile. Affichant clairement ses influences "progressives" (Pink Floyd, Genesis, Yes, Deep Purple, Magma, Talk Talk) mais aussi classiques (Wagner, Puccini), il préfère rester en retrait et mettre en avant le projet Metro Expo, alors qu'il en est le seul et unique membre !
A l'instar de ces personnes capables à elles seules de bâtir une maison du sol au plafond, Fred a écrit, composé, interprété (c'est-à-dire joué tous les instruments !), mixé et produit ce Metro Expo 1. J'ai un grand respect pour tous les musiciens, chanteurs, compositeurs, moi qui suis incapable d'aligner 3 accords de guitare, de lire la partition d'Au Clair de la Lune ou de chanter juste un peu mieux qu'Assurancetourix. Mais pour les auteurs-compositeurs-interprètes-producteurs (quelque soit leur genre musical), ce n'est plus du respect, c'est de l'admiration !.. 
Bon, c'est bien beau tout ça, mais musicalement, ça donne quoi ?
Et bien, ça donne pas mal. Pas mal du tout, même. 
En tant que musicien, Fred s'est frotté à différents styles musicaux, et cela s'entend. Il nous propose ici un album finalement très américain, utilisant une large palette de styles US. En ouverture, What is Going On commence sur une loop très trip-hop, qui laisse la place à un riff de guitare torturée, qui lorgnerait vers du Pearl Jam ou du Red Hot Chili Peppers. Même riff torturé sur You've Stolen Millions, si ce n'est la 2ème partie du morceau, plutôt jazz-rock avec la mise en avant d'une trompette du plus bel effet. Petit détour par le jazz Nouvelle-Orléans (While You Look Away), précédé d'un Out of Sight très bluesy. Mais la tonalité la plus marquante, celle qui trotte dans la tête en fin d'écoute, reste ce côté mariachi, tex-mex, qu'on retrouve sur Waiting for a War, Come to Me, et The Swan Lullaby, qu'on jurerait interprétés par Calexico ou Willie De Ville. Il y a dans cette façon de mixer les styles, de les enchevêtrer les uns dans les autres pour aboutir à un ensemble cohérent, une démarche progressive certaine.
Pas de démonstrations techniques, d'effets de manches ni d'esbrouffe: les arrangements sont sobres, ce qui ne veut pas dire "pauvres". Comme ces footballeurs qui jouent "juste", à une ou deux touches de balle, qui ne ralentissent pas le jeu mais au contraire le fluidifie, Fred joue "juste": pas de superflu, ni de trop-plein, mais priorité à l'efficacité. Fred joue à une touche de balle.
En une heure d'écoute (durée de l'album) on est loin de s'ennuyer. Et si l'abord est facile, il faut remettre plusieurs fois le couvert pour apprécier la profondeur des morceaux proposés. On pourrait croire que la multiplicité des styles est une preuve du manque de personnalité de l'artiste, de sa difficulté à trouver sa propre identité. Pour ma part, je penche plutôt dans le sens où, ici, la forme accompagne parfaitement le fond: les tourments intérieurs ne sont jamais monocolores ou monochromes. Quoi de plus juste, alors, que de les représenter sous formes multiples ?
Il faut aussi souligner la capacité de Fred à se fondre dans le style choisit, vocalement parlant. Sa capacité à alterner voix rauque à la Joe Cocker, ou chaude à la Eddie Weber, sur les parties "rock", et voix pure et claire sur les parties hispanisantes (on croit réellement entendre Wille De Ville !) est remarquable. A se demander s'il s'agit bien de la même personne qui chante.

Metro Expo 1 est un album qui mérite l'écoute à plus d'un titre: pour sa diversité, son éclectisme et la performance de son unique interprète. Et par le fait que son intitulé sous-entend implicitement qu'il y aura une suite. On en salive par avance !...



http://www.metroexpo.sitew.be/




J-Yves


4/5: *****







Metro Expo 1
1. What Is Going on? (7:24)
2. You've Stolen Millions (5:58)
3. Waiting for a War (4:36)
4. Out of Sight (4:03)
5. Nothing Here's Real (6:48)
6. Come to Me (5:37)
7. While You Look Away (4:00)
8. The Shore (6:05)
9. Inertia (4:55)
10. The Swan Lullaby (6:58)

Written, mixed & produced by Fred Marcoty @ MDB Studio.
All vocals & instruments performed by Fred Marcoty

Aucun commentaire :

Publier un commentaire